Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Yvan Catel

Le père d’une fillette défigurée parle des horreurs des frappes de la coalition occidentale (VIDEO)
AddThis Sharing Buttons

Hawraa, une jeune enfant irakienne, se remet lentement des graves blessures subies lors d’une frappe aérienne de la coalition, à Mossoul, dans laquelle elle a perdu sa mère et la plupart de sa famille. Son père raconte les horreurs du bombardement.

Hawraa a miraculeusement survécu au bombardement de la coalition dirigée par les Etats-Unis mené le 16 mars sur le quartier Al-Jadida, à Mossoul, qui a coûté la vie à sa mère et deux autres membres de sa famille.

«Nous étions chez mon oncle. Hawraa, sa mère et la femme de mon oncle sont rentrées à la maison pour cuisiner et lui donner un bain, car elle était malade. Elles sont rentrées à 8h, puis la maison a été bombardée par l'armée de l’air américaine», se souvient Alaa, le père de Hawraa.

Hawraa est la seule survivante de la frappe aérienne. Entre la vie et la mort, elle a été prise en charge dans un hôpital de campagne des forces d’opérations spéciales irakiennes. Atteintes par plusieurs éclats d'obus, ses blessures sont graves. Elle a ensuite été envoyée dans un autre établissement hospitalier, plus éloigné des combats.

Encore faible, la fillette a toujours besoin de soins. Hawraa a néanmoins suffisamment récupéré pour pouvoir parler au téléphone avec les proches qui lui restent, bien qu’elle ait encore besoin de l’aide de sa grand-mère pour rester en position assise.

L'enfant ne semble pas comprendre entièrement ce qui lui est arrivé.

«Hier, elle touchait ses cheveux et demandait : "Où sont mes cheveux ? Sont-ils brûlés ?"», a raconté la grand-mère de Hawraa.

Alors qu’il faudra beaucoup de temps pour que l’enfant se remette de ses blessures, il sera encore plus difficile pour elle de se débarrasser des traumatismes psychologiques.

«Elle a développé une réaction de crainte aux explosions et au sifflement des balles. Elle ne veut plus jamais revivre ça», a expliqué sa grand-mère.

«Made in America»

S’ajuster à cette réalité brutale n’est pas moins difficile pour Alaa, qui ne cesse de ressasser les événements de la nuit fatale. A cause des bombardements incessants, Alaa a été obligé de rester cloîtré dans la maison de son oncle pendant trois jours, incapable de venir en aide à sa famille, dont sa femme.

«J'ai essayé de la sauver, mais je ne pouvais pas la sauver des bombardements et des frappes aériennes. Daesh nous tirait dessus, il y avait des snipers, ils tiraient sur moi», raconte Alaa, en ajoutant que chaque fois qu’il tentait de sortir, il était pris pour cible.

Il a appris la disparition de sa femme au milieu de ce chaos. Un voisin a dit à Alaa qu’il avait vu quelqu'un qui ressemblait à sa femme reposer sous son mur, à côté d'un grand trou. Des trous ont été percés dans les murs entre les maisons afin que les combattants de l’Etats islamique puissent se déplacer rapidement tout en restant à l’abri.

«Je suis passé par ces trous et j'ai vu ma femme. Je n’ai vu qu'une de ses jambes et une partie de son tronc. Elle n'avait pas l’autre jambe, pas de bras ni de tête. Il n'y avait que ça. J'ai essayé de l'emporter mais ils ont commencé à me tirer dessus. Je lui ai juste mis une couverture dessus pour que les chiens ne mangent pas le reste de son corps», se rappelle Alaa, dépité.

On a dit à Alaa que sa maison, avec sa famille à l’intérieur, avait été ciblée par un raid de la coalition. Plus tard, il a trouvé ce qu’il croit être un morceau d’obus américain utilisé dans le bombardement.

«Vous savez, à l’extrémité d'un missile il y a quatre rabats. La douille portait l'inscription "Made in America", je suis sûr que c'était américain», explique-t-il.

Les membres décédés de la famille d’Alaa s'ajoutent à la longue liste des victimes civiles causées par les raids aériens de la coalition occidentale à Mossoul. Comme les terroristes utilisent les civils en tant que boucliers humains et attirent délibérément les avions de la coalition dans les zones résidentielles, la différence entre cibles civiles et cibles terroristes est devenue floue.

Alaa estime que la bombe a touché sa maison par erreur, alors qu’elle était censée frapper une position de tir des djihadistes dans un bâtiment voisin. En faisant le bilan des autres frappes ayant atteint des civils, il en vient à qualifier cette campagne de bombardement de «génocide».

«Tout cela c’était des frappes aériennes. Notre maison, la maison du voisin... Dans un seul bâtiment, 144 personnes ont été tuées et encore 32 devant le nôtre. A côté de notre maison 13 personnes ont été tuées, dans la maison derrière nous – plus de 20», compte-t-il.

«C'est un génocide… Je ne sais pas. Ou sinon, comment nommer cela ?»

La coalition dirigée par les Etats-Unis a ensuite publié une déclaration, admettant qu’au moment de l’incident, ils ciblaient cette zone à la demande des forces irakiennes. Le document précise aussi qu'une enquête officielle sur la mort de douzaines de civils dans ce quartier résidentiel de l’ouest de Mossoul avait été diligentée.

En annonçant l’ouverture d'une investigation, le général Votel, du Commandement central américain, a souligné que Daesh exploitait «la sensibilité des Américains pour les victimes civiles», et a ajouté que dans ce cas précis, c'était aux combattants de l’Etat islamique d'en «assumer la responsabilité».

Lire aussi : «Les attaques américaines tuent des civils à Mossoul et au final, laisseront Daesh prospérer»

Source: Français.rt.com

Commenter cet article