Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Yvan Catel

Lorsque l'on connaît les "Loustiques" qui nous gouvernent sous une fausse étiquette (P"S"), ceux qui sont passés avant (LR et compagnie), ceux qui affirment vouloir tout "réformer" mais surtout sans remettre en cause le système qui sauvegarde leurs privilèges de classe...et qui ensemble (FN, Macron et consorts) défendent les intérêts de leurs Maîtres, la classe dominante des oligarques, il n'y a qu'une seule voie, celle de ceux qui ont fait le progrès social :

- Sécurité sociale - Retraite - Congés payés - pour ne citer que ceux qui nous parlent le plus...ne sont le fruit que des luttes de classes où le rapport était en faveur des travailleurs parce qu'unis dans un même combat, celui de la justice sociale ! Ce ne sont pas les oligarques et leurs chiens de gardes qui nous ont donné des miettes, ce sont bien nos anciens qui se sont battus pour leur arracher ! et pour que toutes et tous puissent en profiter, y compris une partie des travailleurs (les plus privilégiés) qui les critiquent mais qui n'ont pas eu le courage de les refuser et en ont bien profité !

Aujourd'hui nous sommes à la croisée des chemins avec pour résultat finale, soit un bon en arrière avec pour corollaire une misère qui touchera une partie encore plus grande de la population, soit un changement radical qui nous mènera deux pas en avant et permettra à nos enfants de reprendre leur destin en main.

L'Avenir en commun version audio :

https://avenirencommun.fr/avenir-en-commun/

Rien est acquis, rien n'est figé, mais une chose est certaine, si les exploités que nous sommes se perdent dans un vote illusoire...nous goûterons les "joies" de la misère installée en Grèce, en Espagne et au Portugal...

--------------------Le mot du candidat..............

Sans être forcément  d’accord sur tous les sujets, je crois que nous réagissons de la même façon : on ne peut vivre heureux au milieu d’une marée montante de misère ou de gêne. On ne peut vivre content quand des ouvriers qui défendent leur emploi sont condamnés à de la prison ferme. Surtout quand de puissants personnages restent impunis. On n’aime pas baisser les yeux quand on voit notre pays à la remorque des États-Unis d'Amérique entrer dans la logique de guerre tous azimuts. Ou quand nos dirigeants se font mener par le bout du nez par madame Merkel. Ou quand la France doit demander la permission d’adopter son budget à de cruels bureaucrates à Bruxelles. Nous ne supportons plus qu’on se paye de mots avec la République et ne voir partout que des monarques, petits et grands, usent du pouvoir comme d'un privilège personnel. Monarchie présidentielle, richesses produites par le travail de tous accaparées par une poignée d’oligarques, inégalités révoltantes, communautarisme haineux, l’argent maître de toutes décisions, non, ca ne peut plus durer. Nous nous rebellons. Notre vote peut profondément changer le cours des choses. Sinon quoi ?

L’action collective  est notre  force. Nous allons affronter d’acides campagnes de dénigrements et de falsifications, des flots d’argent, des pluies de sondages improbables, un concert médiatique permanent pour faire de cette élection une nouvelle fois une comédie personnalisée sans perspectives. Tout sera fait pour nous écarter du seul but qui nous motive : permettre à chacun de mener une vie vraiment humaine, libérée de l’angoisse du lendemain sur une planète respectée et dans un monde pacifique. Une utopie ? Non, c’est le seul projet raisonnable compte tenu de la situation actuelle et du futur qui nous est annoncé. On peut y parvenir. Cela dépend de nous. Nous ne nous laisserons pas voler l’élection la plus importante de notre pays. Nous ne voulons pas permettre qu’elle se résume à une nouvelle comédie de querelles superficielles entre gens qui, de toute façon, appliquent les mêmes politiques et adoptent les mêmes mœurs monarchiques dès qu’ils sont au pouvoir.

Les malheurs dans lesquels s’enfonce le pays ne tombent pas du ciel. Ce sont les résultats concrets de politiques froidement décidées. Elles sont menées au service de la finance dans toute l’Europe, sous la main de fer de la Commission européenne, en application des traités européens imposés aux Français par supercherie ! Nicolas Sarkozy hier, avec ses gouvernements du centre, de la droite et des transfuges du PS, est coupable. François Hollande, ensuite, avec ses gouvernements PS/EELV qui ont mutilé la vie de millions de personnes, est coupable. Ils ont abaissé le pays et piétiné nos principes républicains les plus essentiels. Les deux comptent sur l’épouvantail Le Pen pour vous faire abandonner vos convictions à la porte du bureau de vote au premier comme au deuxième tour. Ces trois-là sont très forts quand tout le monde a peur. Peur de tout, et même d’eux quand le dégoût qu’ils inspirent pousse à l’abstention.   

Agir dès maintenant c’est refuser de se laisser intimider.

L’année 2017 est propice à l’action. Nous votons en avril, nos voisins allemands en septembre. Tout peut changer. Surtout que les présidents de l’Europe ont décidé de rédiger un nouveau traité européen…

Mettons-nous donc au travail. Il s’agit d’enraciner solidement notre rébellion. Pour cela il faut accumuler des fonds et des participants à l’action. Jusqu’au mois de juin, il faut appliquer un premier programme de travail méthodique. N’attendez pas les consignes pour agir. Faites ce que vous trouverez de plus utile et convaincant pour élargir le nombre de ceux qui peuvent nous rejoindre et nous aider. Chacun peut aussi constituer un groupe d’appui dans sa rue, son entreprise ou sur internet. Bref là où on vit sa propre vie, là où l’on rencontre les autres.

Mais vous pouvez aussi trouver sur ce site des idées à mettre en œuvre, des projets auxquels participer. N’oubliez pas de proposer vos talents ou vos savoirs faire professionnels, tout cela est très précieux. Plus il y aura de signataires plus nous serons forts en ressources, imagination, dévouement. Plus nous aurons de dons, mêmes petits, plus libres nous serons. Car s’ils ont les millions, nous sommes nous des millions !

Il nous faut à la fois convaincre et entraîner. L’idée essentielle c’est de s’adresser au plus grand nombre de ceux qui nous entourent. Notre but est de leur rendre le goût du futur.  

Fidèlement,

J.L. Mélechon 

 

Commenter cet article