Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Yvan Catel

Merci de lire ce courrier d'un homme courageux qui était, lui, au cœur du drame...encore une fois nos médias ont ignoré ce témoignage et ont trompé leurs auditeurs...à chacun d'entre nous d'en prendre sa part ! Merci Pierre Le Corf

------------------

Il n’y a pas de rebelles à Alep, mais des terroristes qui massacrent les civils. Dans un courrier adressé à l’Élysée, le seul Français qui vit sur le terrain à Alep depuis des mois appelle Paris à regarder la vérité en face et à cesser de condamner les civils en soutenant le terrorisme.

 

« Je suis témoin d'un massacre et d'une situation humanitaire catastrophique dont nous sommes les acteurs et en partie les commanditaires », écrit sur sa page Facebook Pierre Le Corf, fondateur de l'ONG WeAreSuperheroes et l'un des rares humanitaires européens à Alep. Dans cette lettre adressée à François Hollande et dont il a publié le texte sur le réseau social, le militant fustige les autorités françaises pour le soutien qu'elles apportent à ceux que les médias, dans leur majorité, appellent « rebelles », mais qui, insiste-t-il, ne sont rien d'autre que des terroristes.

« Il est irresponsable de continuer à jouer avec les mots en préférant les désigner ainsi, en Syrie, alors que nous les classons dans la liste des organisations terroristes en France », estime M. Le Corf.

« J'utilise le terme "terroriste" car il n'y a pas de rebelles à Alep, explique l'humanitaire avant d'ajouter: je n'ai pu observer que des drapeaux noirs, photos à l'appui, sur toutes les lignes de front, signe de ralliement des groupes que nous combattons depuis de nombreuses années en France ».

Pour appuyer chacune de ses affirmations, Pierre Le Corf se dit prêt à présenter de multiples preuves: photos, vidéo, textes par lesquelles les civils témoignent des horreurs qu'ils ont vécues sous le siège terroriste. À l'est d'Alep, la loi de la charia régnait à travers des « tribunaux Islamiques » sommaires, explique le militant. « Ces organisations s'autorisent à emprisonner, torturer, marier des enfants et exécuter qui bon leur semble », poursuit-il.

 

Quotidiennement, les terroristes et les groupes qui ne sont pas reconnus en France comme tels  utilisaient des armes de fabrication française, américaine, anglaise ou saoudienne contre les civils de l'est ainsi que de l'ouest d'Alep. Parmi eux figurait également « la prétendue Armée syrienne libre, en majorité constituée de djihadistes », organisation que la France essaye de « faire passer pour des combattants de la liberté » et les Casques blancs.

« Les Casques blancs, que le gouvernement français a financé entre autres et que nous avons reçus à l'Élysée sont, pour un grand nombre d'entre eux, secouristes le jour et terroristes la nuit, et vice-versa », témoigne M. Le Corf. « Ils ont prêté allégeance à Jabhat al-Nosra (Al-Qaïda), comme le prouvent les documents retrouvés après leur départ et comme en témoignent les habitants ». Selon les témoignages, les équipes de ces organisations portaient avant tout secours aux combattants, puis éventuellement aux civils, poursuit l'humanitaire. Or, les médias ont préféré passer ces faits sous silence.

La presse, voici un autre coupable de la situation catastrophique qui règne actuellement à Alep. Pour Pierre le Corf, l'année passée a été celle de la désinformation.

« Les informations ne sortaient pas de la Syrie », explique le militant. « Quel que soient les pays où ils ont été utilisés, les vidéos et contenus créés par les combattants et partisans, parfois montés de toute pièce, ont été diffusés en prime time par nos médias, instrumentalisant la mort et la souffrance des gens vivant au milieu des combats, l'amour et la compassion de ceux qui regardaient ces images ».

Les médias sont finalement parvenus à influencer l'opinion publique à tel point qu'ils rejetaient toute autre vision du conflit. « À la libération, indique Pierre, qui précise qu'il ne s'agit pas de la chute de la ville, mais justement de sa libération, les reportages des Russes comme les témoignages des Syriens sous l'occupation des terroristes ont été immédiatement qualifiés de propagande, de façon à décrédibiliser tout ce qui pourrait émerger de la Syrie elle-même, de ceux qui y vivent ou sont sur le terrain ».

 

Maintenant qu'Alep est libérée, l'humanitaire appelle à trouver des solutions diplomatiques et pacifiques, alternatives à la guerre, et à lever les sanctions qui pénalisent avant tout la population et non le gouvernement. Quant à ce dernier, l'homme qui a pu voir de ses propres yeux la situation en Syrie note : « Ayant parcouru le pays, j'ai pu constater que malgré certaines critiques et quoi que l'on en dise, la très grande majorité des Syriens soutiennent honnêtement et sincèrement leur gouvernement et soutiennent celui qu'ils appellent leur président, et non pas dictateur, Bachar el-Assad. »

Et d'ajouter : « Monsieur le Président, nous avons, comme de nombreux pays, une très grande responsabilité dans cette "guerre" que nous avons essayé de porter à son terme, terme sous-entendant le renversement du gouvernement Syrien à tout prix ».

« Demandons au peuple syrien ce qu'il souhaite pour son pays au lieu de parler en son nom, de lui voler sa voix, ses libertés, son présent, son futur ».

Source : sputniknews.com/

Commenter cet article