Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Yvan Catel

Mélenchon: Poutine "première victime politique" du meurtre de Nemtsov
Selon Jean-Luc Mélenchon, l'assassinat de Boris Nemtsov aux portes du Kremlin a été utilisé par les médias "libres et indépendants" de l'Occident pour créer une ambiance de "Sadamisation" contre Poutine.
Jean-Luc Mélenchon, dirigeant du Parti de Gauche (PG) et député européen, a pris mercredi sur son blog la défense de Vladimir Poutine, "première victime politique" du meurtre de Boris Nemtsov.

Un opposant est assassiné, Place Rouge. Il combattait Poutine, Poutine habite le Kremlin sur la Place Rouge! «Bon sang! Mais c'est bien sûr! Poutine l'a tué!» Hurrah! Quelle perspicacité!", ironise M. Mélenchon.

"La première victime politique de cet assassinat est Vladimir Poutine. Car il a été aussitôt traîné dans la boue par toute la presse «libre, éthique et indépendante» du monde entier, dénonciatrice ardente, sur ordre, des armes de destruction massive de Saddam Hussein, de l'Iran et de tous les autres articles de propagande prémâchée des USA", indique le député européen.

Le malheureux a été assassiné à "la veille de la manifestation à laquelle il avait appelé en compagnie d'une autre grande figure de l'opposition, le raciste et antisémite Alexeï Navalny", rappelle l'ancien candidat du Parti de Gauche à la présidentielle.

à qui profite le crime? "A qui profite le crime? Certainement pas à Vladimir Poutine: cet assassinat arrive pour lui au plus mauvais moment sur le plan international et au plus mauvais endroit: devant chez lui, au Kremlin", estime Jean-Luc Mélenchon.
Selon lui, "Boris Nemtsov était un opposant extrêmement confortable pour Poutine car il était caricaturalement acquis aux ennemis de la Russie. Il était donc sans aucun danger politique et parfaitement inconnu de «l'opinion occidentale» avant sa mort".
"L'apologie de Nemtsov, illustrissime inconnu avant son meurtre, fonctionne comme un piège à naïf pour créer une ambiance de «Sadamisation» contre Poutine", conclut le leader du Parti de Gauche.

Source : http://fr.sputniknews.com/international/20150304/1015013409.html#ixzz3TV9H8qxi

------------------------------------------------------------------

Et pour conclure, ce billet du GS : "Ce bébé a été accouché aux forceps"

Ah, la pudeur avec laquelle nos médias finissent par nous dire ce que les agences de presse savaient dans les minutes qui ont suivi l’assassinat de Boris Nemtsov (55 ans)

! Anna Douritska (photo) n’était pas « une femme qui l’accompagnait »,« une jeune femme qui l’accompagnait », ce n’était pas seulement « sa compagne qui l’accompagnait », ni « sa compagne ukrainienne », c’était « sa compagne ukrainienne de 23 ans, mannequin ».

Ajoutons que c’est une grande utilisatrice des réseaux sociaux dont les fichiers d’ordinateur ont été nettoyés quelques heures après le drame.

Mais, chut ! le grand public a besoin de héros immaculés.

Plus tard, même vos amis accros à TF1, France 2 (et aux autres chaînes) sauront que Boris Nemtsov pesait 1 % dans les sondages, face à un Poutine qui surfe à 85 %.

Un jour, soyons patients, on leur avouera que les choix politiques de la victime lui avaient valu naguère le soutien de Margaret Thatcher.

Mais, ne faisons pas un mauvais procès en lenteur à nos médias : quelques minutes après le drame, et parmi les 4 pistes possibles (islamistes, Occidentaux, pouvoir de Kiev, pouvoir de Moscou), ils nous livraient la bonne. Là, ils ont pratiqué une césarienne avant la fin de la grossesse. Selon eux, le bébé est blond, aux yeux bleus, ancien du KGB.

Theophraskinoff.Rrr ( Kremlinologue complotiste au Grand Soir).

Commenter cet article