La COP20 devrait changer le monde : Planète en Danger

par Yvan Catel  -  12 Décembre 2014, 21:23

Lima, 9 déc (PL)

La secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Christiana Figueres, a déclaré aujourd'hui qu'il était le grand temps de changer le monde. Lors de son intervention durant la cérémonie d'ouverture du débat de haut niveau de la 20e Conférence internationale dur les changements climatiques (COP20) Christiana Figueres a martelé le besoin de sauvegarder les ressources naturelles au lie de les épuiser, tel que le faisait la civilisation Inca. Si les Incas avaient un calendrier, l'humanité en a aujourd'hui le sien, fondé sur la science qui nous indique que la lutte contre les changements climatiques et la prise en charge ne peuvent plus attendre. Les participants à ce sommet ont la mission de faire progresser le projet sur l'accord a prendre durant le sommet COP21 qui siègera à Paris en avril 2015. Le président de la Bolivie, Evo Morales, a manifesté que les pays en développement souffraient le plus les effets des changements climatiques malgré qu'ils étaientt les moins responsables d réchauffement de la planète. Ban Ki-moon, quant à lui, il s'est montré soucieux du fait qu'on ne soit pas capable d'être à la hauteur de nos responsabilités. rm/lp/vm

Montevideo, 10 déc (PL)

Les concepts associés au nommé «Uruguay agro-intelligent» ont attiré l'attention des participants à la IVe Conférence IVe Conférence internationale sur Services climatiques qui commence aujourd'hui à Montevideo. Les objectifs de ce rénovateur concept sont associés au soin au bétail, au sol, à la forêt, à la mise en place d’assurances financières pour des indices climatiques ainsi qu'à renforcer l'emploi de l'eau dans les processus de production, a expliqué le ministre de l'élevage, Tabaré Aguerre. Durant la cérémonie d'ouverture, M. le Ministre exhorté à ne plus penser au climat dans l'avenir. «On ne doit plus perdre du temps en pensant comment serait le climat dans 90 ans», a-t-il dit. On en peut plus penser que l'agriculture réduira ses émissions de gaz à effet de serre en termes absolus, mais il faut développer une agriculture sur la base des avancées de la science et la technologie permettant de réduire l'émission de gaz polluants. À la IV Conférence internationale sur Services climatiques se sont donné rendez-vous 170 experts de 31 pays. Rm/lp/pgh/alb

~Lima, 12 déc (PL)

Le changement climatique met en danger le futur de l'humanité et c'est pour cela qu'«on exige de trouver immédiatement des solutions efficaces et cohérentes», a dit à la tribune de la 20e Conférence de parties (COP) sur le climat Elba Rosa Perez, ministre de la Science, la Technologie et de l'Environnement de Cuba. Durant son intervention dans la réunion de haut niveau de la COP20, Elba Rosa Perez a manifesté que pour arriver à un nouvel accord il faudrait respecter les principes et dispositions de la convention. D'après elle, les structures de production et de consommation non viables aggravent les déséquilibres systémiques et la dégradation de l'environnement. «Il ne tient qu'à la communauté internationale de trouver de solutions basées sur nos responsabilités communes mais différenciés». On a besoin d'une volonté politique de la part des pays développés pour affronter de manière effective le changement climatique car ce sont eux les plus polluants et ceux qui disposent des avancées technologiques, infrastructure et ressources financières nécessaires pour faire face au problème. La COP20 conclura demain lorsqu'on présentera le brouillon du nouveau accord qui sera ratifié en avril 2015 à Paris. Quelques-uns se montrent optimistes et espèrent que ce nouveau accord sera pris à Paris. Toutefois, d'autres ne sont pas si sûrs. Ce qui est vrai c'est le réchauffement de la planète qui touche à tous les pays. Les évidences scientifiques sont incontestables, si on ne réduit pas les émissions de gaz à effet de serre, l'humanité sera en danger. Rm/lp/tgj/v EN CONTINU •Le virus de la grippe aviaire s'étend dans le sud-ouest du Canada •L´ONU nomme un nouveau chef de mission pour répondre à Ébola •Group Cubain Labiofam offre ses produits et services dans plus de 80 pays •L'Argentine et la Suisse signent un accord pour l'échange d'information fiscale •Le Brésil autorise un remède prescrit dérivé de la marijuana

Source : http://frances.prensa-latina.cu/

La COP20 devrait changer le monde : Planète en Danger