Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Yvan Catel

LES icebergs qui se détachent de la banquise pourraient faire l’objet d’une belle photo pour un photographe ou un touriste, cependant ils annoncent une catastrophe : les glaces disparaissent, dans l’Arctique, dans l’Antarctique, les glaciers dans les montagnes.

La revue Science est reconnue pour son sérieux. Dans sa dernière parution, les spécialistes en matière de glaciers s’alarment de la réduction de la calotte glaciaire qui pourrait condamner le pôle Nord à disparaître, même si l’on n’en connaît pas l’échéance.

Eric Post, professeur de biologie de l’Université d’État de Pennsylvanie a affirmé récemment que « très prochainement la calotte glaciaire pourrait faire partie du passé ».

Les études mettent en évidence que les ours polaires et certaines espèces de phoques qui mettent bas dans des grottes sous la neige, perdent beaucoup de leurs petits lorsque ces grottes s’effondrent du fait des pluies prématurées du printemps.

Ces espèces pourraient être condamnées à disparaître. En fait, selon certains rapports, des animaux de latitudes plus méridionales, comme le renard roux, envahissent des zones auparavant plus froides. Par ailleurs, le réchauffement provoque une réduction de la taille des espèces animales et végétales, comme l’ours blanc.

Le gouvernement nord-américain continue d’autoriser l’émission massive de gaz, comme s’il souhaitait la destruction de la planète.

Une étude internationale menée par Eric Post alerte sur les conséquences du changement climatique sur les plantes, les animaux et les êtres humains. Au cours de ces 20 à 30 dernières années, le réchauffement a réduit de 45 000 km2 par an la calotte glaciaire durant chaque été arctique. Les scientifiques sont arrivés à une conclusion catastrophique. « Il est difficile de prédire ce qui pourrait se passer si les pronostics se concrétisent et si les températures s’élèvent de 6 degrés pendant ce siècle ».

Cette étude insiste sur les dommages causés à la biodiversité. Par ailleurs, la fonte de la banquise, qui entraîne la hausse du niveau de la mer, est une menace pour les pays insulaires et côtiers qui seront les premiers à en subir les conséquences.

Selon le site Ecoportal.net, les températures de l’Arctique ont atteint durant les dix dernières années des valeurs historiques – les plus hautes depuis 2 000 ans – à cause des gaz à effet de serre, inversant ainsi la tendance naturelle au refroidissement qui aurait dû durer 4 millénaires de plus.

Pour David Schneider du Centre national des États-Unis pour la recherche atmosphérique, l’Arctique est « le lieu où l’on peut constater le mieux ce qui est en train de se produire dans le système (climatique) et ce qui pourrait se passer à l’échelle de la planète ».

Ceci concerne le Nord. Dans l’Antarctique, nous constatons les mêmes dangers, avec des risques supplémentaires, du fait que c’est la région la plus touchée par le trou dans la couche d’ozone.

De l’énorme continent du pôle Sud se détachent de plus en plus de grands blocs de glace, dont la taille réelle ne peut être appréciée depuis la surface. Mais la cause est la même : le réchauffement climatique.

Le scientifique a expliqué que la plate-forme Wilkins – pont de glace qui reliait le continent antarctique à l’île Charcot – avait subi une fracture importante en 1998, alors qu’elle avait environ 20 kilomètres de large et 250 mètres de profondeur. En 2008, il y eut un autre effondrement qui a réduit à 2,7 km de large la plateforme. Le 6 avril 2009, le pont de glace s’est complètement disloqué.

La navigation dans l’extrême austral ne sera plus la même. Les 100 passagers et 54 membres d’équipage du bateau de croisière Explorer en ont fait l’expérience, le 23 novembre 2007, quand le navire a fait naufrage dans le détroit de Bransfield après avoir heurté un iceberg.

René Preller, responsable chilien des expéditions touristiques dans l’Antarctique, de 31 ans d’expérience, y compris pour l’Arctique, a déclaré qu’en 1978 deux navires de 100 passagers effectuaient les croisières, alors qu’en 2008-2009, il y en avait 43.

Les chiffres concernant l’élévation du niveau des océans à cause de la fonte des glaces des deux pôles varient selon les calculs : le rapport élaboré par le Groupe international d’experts pour le Climat en 2007 a estimé que les niveaux de la mer pourraient monter de 19 à 59 centimètres à la fin du siècle, mais selon les déclarations d’autres scientifiques lors d’une rencontre au Danemark, le niveau des océans pourrait augmenter d’un mètre ou plus, même si on parvenait à limiter les émissions des gaz polluants dans le monde. Si les premiers chiffres se révélaient exacts, les îles et les régions basses continentales du Pacifique et de l’océan Indien seraient affectées. Par contre, si l’élévation atteignait un mètre, de nombreuses zones du continent américain seraient touchées, voire englouties, comme certaines îles des Caraïbes, les côtes du golfe du Mexique, la région de New York, de la Floride, du Guyana et de l’Équateur, entre autres.

Une étude parrainée par la Banque mondiale signale que les Guyanes, les Bahamas, Belize et la Jamaïque sont les régions les plus exposées.

Selon de nombreux scientifiques, cités par la BBC, il est encore temps de limiter les effets de l’élévation du niveau des océans, mais les industriels ne s’intéressent pas aux conséquences, seuls comptent leurs profits.

Par ailleurs, il reste encore d’autres problèmes qui concernent les glaciers, dont les cycles de fonte alimentent les cours d’eau dans les zones montagneuses, lesquels ont une importance vitale pour la vie sur la planète.

Du fait du réchauffement climatique, les glaciers sont en voie de disparition rapide, un phénomène que l’on peut constater aisément dans la cordillère des Andes et dans les Alpes européennes, l’Himalaya n’y échappant pas non plus. Et il est important de préciser que ces glaciers, qui se sont formés au fil des millénaires, emmagasinent des milliers de mètres cube d’eau douce.

Source : http://www.granma.cu/

L’Arctique pourrait disparaître : Les Industriels eux continuent d'augmenter leurs profits !

Commenter cet article