VENEZUELA : France 2 et D. PUJADAS prennent parti pour les néofascistes.

par Yvan Catel  -  14 Février 2014, 18:38

En préambule à la lettre de Cuba Si France Provence, je dédis ces 5 citations aux médias officiels et à leurs fidèles valets dont Pujadas est un parfait spécimen :

1- "Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi !" John Swinton Célèbre journaliste LUI, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse.

2- "Les journalistes, ne se contentent pas de simplifier en focalisant sur des oppositions largement artificielles, ils braquent aussi les projecteurs sur les détails extrêmes, sur le paroxysme des crises laissant dans l’ombre la quasi-totalité de la réalité, coupable d’être trop banale, terne, sans intérêt." Pierre Bourdieu

3- "Acheter un journaliste coûte moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois." Un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. Dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991).

4- "L’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur." Serge Halimi

5- "La communication est à la démocratie ce que la violence est à la dictature." Noam Chomsky

En relatant faussement les faits qui se déroulent au Venezuela et qui ont coûté la vie à des hommes et femmes du peuple, assassinés par les fascistes aidés par les Yankees, France2 et son Présentateur "vedette" se salissent les mains ! le plus grave est qu'il n'ont même pas honte...

Cuba Si France Provence demande un droit de réponse !

Cuba Si France Provence a été scandalisée par la façon dont David Pujadas a évoqué, au cours de l'édition de 20h du Journal Télévisé, jeudi 13 février, les événements qui se sont déroulés au Venezuela le 12 février dernier :

« Durcissement du régime au Venezuela. Le successeur d'Hugo Chavez, Nicolas Maduro fait face à des manifestations grandissantes. Hier, des tirs à balles réelles ont été entendus à Caracas et 3 personnes ont été tuées parmi les étudiants et les opposants qui défilaient contre la vie chère, l'insécurité et les pénuries ». En présentant les choses de cette façon, on entend que la police a tiré sur des manifestants pacifiques.

Or, la vérité est totalement différente.

Ces manifestations, qui ont eu lieu dans tout le pays, étaient organisées par des groupes radicaux d'extrême droite et leur but était de générer la violence pour provoquer une situation de chaos qui pourrait justifier une intervention étrangère. C'est une situation que le Venezuela a déjà connue en 2002, lors du coup d'Etat manqué contre le Président Hugo Chavez.

Le Venezuela est actuellement en butte à une guerre économique livrée par les groupes fascistes et les spéculateurs contre lesquels le Gouvernement Bolivarien a pris récemment des mesures fermes pour que les produits soient enfin vendus à la population à leur juste prix. Ces mesures commencent à porter leurs fruits et il n'y a dans le pays, aucune manifestation contre la vie chère.

Quant à l'insécurité, elle est surtout importante dans les états gérés par des gouverneurs d'extrême droite et des mesures ont été également prises récemment par le Gouvernement pour en venir à bout. En ce qui concerne«tirs à balles réelles, c'est bien une réalité et ils ont fait 3 morts mais les armes à feu étaient aux mains des groupes de choc néofascistes et non de la Police. Comme par hasard, Monsieur Pujadas a oublié de le préciser...

Mais ce qui est le plus grave, c'est que les morts ne sont pas des opposants comme il a été dit : Juan Montoya était membre du collectif révolutionnaire 23 Janvier, et Bassil Da Costa, étudiant (mais pas opposant). 17 des blessés sont des fonctionnaires de police ou des militaires, et 49 sont des civils. Il n'y a donc aucune victime dans le camp des «opposants», ou pour mieux dire, des groupes de choc.

Cuba Si France Provence demande à la chaîne qui a diffusé ces contre-vérités un droit de réponse.
Les téléspectateurs français ont le droit de connaître la vérité.

Salon-de-Provence, le 14 février 2014

Pour Cuba Si France Provence, la présidente, Françoise Lopez

VENEZUELA : France 2 et D. PUJADAS prennent parti pour les néofascistes.